> Toute les étapes <
Sur la route de Nice...

Voici maintenant huit jours que nous avons quitté la douce hospitalité montpelliéraine. Nous avons enfourché nos montures d'acier en direction de la Camargue via Aigues-Mortes et Saintes-Maries-de-la-Mer afin de pouvoir, par la suite, longer toute la côte méditerranéenne jusqu'à la frontière italienne.

Mais pour l'heure, avec les innondations, les rues bloquées, les routes défoncées et l'effroyable prolifération de moustiques dues aux conditions climatiques, nous sommes ralentis quelque peu.
C'est donc par les chemins de traverse que nous avons évolué dans une Camargue magnifique, mais sinistrée.
C'est gonflés à bloc que nous arrivons à Marseille et pouvons profiter des vues magnifiques du littoral.
Les jours passent, mais ne se ressemblent pas, les rencontres sont à chaque fois différentes et les marques d'encouragement nous comblent. Malgré l'envie de s'arrêter pour se jeter tout habillé dans la Grande Bleue, les soucis de carte bleue avalée par le distributeur ou bien la première crevaison de Mathieu, nous devons avancer afin de gagner du temps sur l'hiver turque et iranien.

Même si l'itinéraire est plus long en longeant le littoral, nous exultons véritablement en passant par Cassis, Bandol, Sanary-sur-Mer, Toulon, Carquairanne, Le Lavandou, Cavalaire-su-Mer, Sainte-Maxime, Saint-Raphaël, Canne et Antibes pour arriver à Nice sous le soleil, mais par grand vent dans le nez

Nous sommes à 30 km de la frontière italienne et la vraie aventure va donc commencer. Cela tombe bien, nous sommes fin prêts et l'attendons avec impatience.

La traversée française fut magnifique et facile (tout le monde parle français, du monde et des lits nous attendait...), mais nous savons pertinemment que dès demain le véritable voyage commence avec l'entrée dans un nouveau pays.

A nous les aubes douces et féroces

3, 2, 1 partez !

> Voir les photos...



Retour