> Toute les étapes <
Kusadasi - Ankara : Total : 3100 km pédalés – Marc

Nous voici donc arrives en Turquie, pays ou l'enfant est roi, la gentillesse, les attentions et l'hospitalite se moquent des barrieres linguistiques.

Marc : Nous arrivons à Kusadasi, a l'extrême ouest de la Turquie après 1h30 de traversée. Nous sommes heureux de quitter la Grèce pour ce pays à cheval sur deux continents. Nous tombons instantanément amoureux de ce pays. Nous nous sentons si loin en nous endormant, bercés par l'appel du muezzin du haut de son minaret. Nos reveils sont de plus en plus matinaux afin de profiter au maximum de nos journées. A la nuit tombée, nous sommes accueillis à bras ouverts par des fermiers ou des villageois comme leur propres enfants. Combien de repas avons-nous partagés, à genou, autour d'un grand plateau rempli de victuailles, avec pour seul moyen de communiquer des regards et des sourires emplis de gratitude ? Notre avancée sur les hauts plateaux est régulièrement freinée par les marques d'encouragement concretisées en dons de pommes, grenades, figues, raisins, coings et meme betteraves a sucre !!! Vous l'avez compris, nous évoluons alors dans un paysage de steppe semi-arride entourée par de hautes montagnes. 9000 ans d'histoire nous contemplent, roulons bravement ;0) Notre joie est stoppée net lorsqu'un matin nous découvrons nos 4 pneus et mon tapis de sol percés par les épines redoutable de cette végétation arride. Le temps de réparer, nous ne ferons que 11 petits km ce jour-la avant d'arriver au petit village de Gulpinar afin de nous procurer du pain. A Gulpinar plus qu'ailleurs, l'arrivée de ces deux étranges voyageurs à velo procure l'effervescence. C'est d'abord du thé que l'on nous propose puis un repas et l'on nous annonce que le professeur d'anglais de la ville d'Alasehir a 35 km d'ici est en route pour jouer le traducteur. Nous sympathisons immédiatement avec lui et Lisan met tout en oeuvre pour regrouper les enfants du village afin de les faire dessiner le lendemain. Nous resterons deux jours ici, accueillis chez les uns, chez les autres à partir chasser dans les montagnes avec les hommes du village, a boire du the et rigoler autour d'un verre de Raki. Nous montrons le film réalise avec les enfants à tout Gulpinar réuni dans le petit café. Ce fut une soirée mémorable aux allures d'un "Cinéma Paradisio" oriental. Lisan nous invita chez lui, à Alasehir, pour passer les fêtes de la proclamation de la République en compagnie de sa famille. Ce fut, la encore, un exemple de générosité et de gentillesse tout simplement humain et fraternel. Derrière les moustaches, la brusquerie farouche, les poses heroiques, il n'y a pas à gratter beaucoup pour retrouver les tresors de la gentillesse ottomane. Nous avons beaucoup a apprendre des Turcs, ne l'oublions pas.

> Voir les photos...



Retour