> Toute les étapes <
Kusadasi - Ankara : Total : 3100 km pédalés – Mathieu

Nous voici donc arrives en Turquie, pays ou l'enfant est roi, la gentillesse, les attentions et l'hospitalite se moquent des barrieres linguistiques.

Mathieu : Tout d'abord, permettez-moi également de saluer et remercier chaleureusement nos hôtes pour leur accueil et leur générosité. Ces grandes qualités sont loin d'être isolées en Turquie. En effet, depuis notre depart d'Alasehir, notre chemin est contamment ponctué de coup de klaxons (non pas de mécontentement, mais d'encouragement), de salutations diverses et d'invitations a boire le thé. Nous sommes, pour un court moment, la curiosite du village. Et même si nous ne parlons pas turc, nos hôtes se contentent de "Fransa" suivi de «Ankara, Van, iran» tout en moulinant nos mains singeant le dérailleur. Et la tout s'eclaire. Du moins le croyons-nous... 7 jours de pédalage acharné nous sont necessaires pour parcourir les 450 km qui séparent Alasehir à Ankara, toute jeune capitale de la Turquie (1923). 7 jours de paysages plus majestueux les uns que les autres. Les uns cultives et récoltes cédant le pas aux autres, arrides. Ce mélange nous laisse découvrir des couleurs automnales, du vert pistache (les meilleures au monde) au jaune paille. 7 jours durant lesquels nous partageons nos nuits (diner 17h30 - coucher 19h30 - lever 6h30) avec la nature qui devient veritablement froide, mais non hostile, il fait froid et très beau. Aucun nuage n'est à déplorer. Chaque nuit, cela nous laisse un ciel etoile épatant. Et à 1300 mètres d'altitude, nous nous sentons proches des étoiles ;0) 7 jours qui nous font traverser deux villes moyennes, Usak et Afyon, très rapidement. Notre rythme se trouve dans les campagnes et le bonheur, comme chacun sait, est dans le pré. 7 jours qui nous permettent de decouvrir les fameux bains turcs. Après trois réveils matinaux glacés, une heure dans cette eau bouillants est revigorante. 7 jours enfin qui nous offrent, une nouvelle fois, l'occasion d'appr"cier l'hospitalit" turque. Merci à la famille d'Hassan sui nous à reçu comme des rois avec, entre autres, un repas gargantuesque. Juste pour vous mettre l'eau à la bouche : soupe de pois chiches, salade verte et de tomates, agneau rissolz accompagnz de riz, feuilles de vigne farcies, jus de grenades, patisseries et fromage blanc. Le tout servie sur un immense plateau. Nous dinons en tailleur dans une pièce meublée de tapis et d'un poële, en compagnie d'une dizaine de personnes. Et puis nous voici à Ankara. Tout y est différent. Tout s'accelère. Tout est encombré. Tout est pollué ; de monde, de voitures, de bus, de CO2. Toutefois, une chose reste inchangée : l'hospitalité. Devienne-t-elle légendaire ! Vraiment la Turquie est généreuse et heureusement, nous n'avons parcouru que la moitié.

> Voir les photos...



Retour