> Toute les étapes <
Inde - Marc

27 Decembre 2002
L'Inde
Atterissage Bombay
La chaleur, les multiples odeurs, la poussiere, les bidonvilles a traverser, la pollution, la surpopulation... l'emotion!

Nous nous engouffrons dans ce pays continent accompagnes de 2 Francais, Bernard et Carine ralliant Belley a Pekin a velo. Nous nous sommes lies d'amitie a l'aeroport de Teheran et roulons ensemble depuis un mois. En avant!!! 30 km nous separent du centre de la ville. Ce ne sera qu'une succession de claques en pleine figure. Bernard se fait renverse (sans gravite), les mendiants nous harcellent, les ricshaws, les bus, les voitures nous klaxonnent, la chaleur, l'immense fatigue... indescriptible!!! Tournant furtivement la tete a gauche, attire par des cris, je me rappellerais toute ma vie de cet homme hurlant le nom d'Allah pour mendier, sans bras ni jambe se tordant et roulant dans la boue au milieu d'une foule l'enjambant et l'ignorant, trop habituee a la misere humaine. Les bidonvilles de bombay en velo, c'est une experience que l'on n'oublie jamais. Nous passons 4 jours ici dans la capitale du cinema mondial appelee Bollywood. D'ailleurs une personne nous propose un matin de faire de la figuration dans un telefilm indien a grand succes. Nous sautons sur l'occasion. Malheureusement la realisatrice ne me trouve pas assez occidental ; trop brun, trop bronze, trop local a son gout en somme. Tant pis je fais contre mauvaise fortune bon coeur et passe ma journee a roder sur les plateaux, a discuter avec les acteurs et surtout a prendre en photos et filmer mon Mathieu deguise en pere-noel chantant "jingle bell" dans un decors de commissariat surchauffe. La celebrite est au coin de la rue... Il est temps pour nous de reprendre nos montures afin de gouter a nouveau a la poussiere. Direction Goa, avec ses anciens hippies, ses plages paradisiaques et sa population qui a, semble-t-il, herite de la nonchallence des Portugais. Je ne m'etendrais pas trop sur cette destination etant donne que nous avons passe notre temps dans l'eau turquoise, sous les cocotiers a siroter des jus de mangues et profiter des temperatures ideales allonges sur du sable fin immacule. Bref ce serait indecent de raconter tout cela un mois de janvier ;0) Toutes bonnes choses ayant une fin, nous reprenons la route pour rentrer dans l'etat du Karnataka qui comme chacun sait est une region tres montagneuse. Les routes indiennes nous donnent du fil a retordre. Leur largeur est insuffisante pour laisser la place a 2 vehicules, elles sont constellees de nids de poules (ou plutot devrais-je dire de nids d'autruches tellement les trous sont enormes) et elles sont constamment rendues impraticables par les buffles, chars a boeufs et autres troupeaux de toutes sortes. Ce qui est extraordinnaire, c'est l'incroyable diversite des paysages en fonction des etats traverses. Que ce soit dans les plaines arrides, les vallees aux rizieres verdoyantes, ou les montagnes a la jungle luxuriante, nous oublions bien vite nos efforts et nos crevaisons au profit de ce spectacle naturel si merveilleux. Pour nous laver, preparer le the et faire la vaisselle, nous nous chargons en fin de journee de plusieurs bidons de 5 litres d'eau et utilisons notre vache a eau de 10 litres. Prendre une douche plus se laver les cheveux : 4 litres soit tout un art... Tout le long de notre itineraire qui nous emmene de Goa a Hampi puis a Hyderabad, les sourires (et les klaxons) nous accompagnent. Dans ce pays ou les Indiens ont reussi a garder une veritable ame d'enfant, chaque halte, chaque dejeuner, chaque tasse de the donne lieu a un regroupement hallucinant de curieux autour des velos. Chacun y va de son commentaire. L'un designe les gourdes en s'exclamant "Petrol", l'autre manoeuvre le changement de vitesses qu'il appelle "Clutch" (embrayage), un autre encore palpe un pneu et annonce a la ronde "Airless" (pneu plein) avec une moue de connaisseur, tandis que fuse dans l'assemblee "Gear system" (boite de vitesses), "Automatic", "Racing bike" (velo de course). Demander son chemin est une reelle epreuve. Nous verifions toujours les renseignements obtenus aupres de 3 ou 4 informateurs, gardons notre calme et ne nous etonnons plus lorsque l'on nous parle d'"aller tout droit et de tourner de temps en temps". Le plus enervant reste tout de meme les routes coupees inopinement nous obligeant a des detours toujours trop longs (ce qui n'est pas bon pour notre Karma ! ;0) Deja un mois en Inde et nous voila arrives a Hyderabad, capitale de l'Andhra Pradesh et surtout ville du rendez-vous avec les enfants. Une fois de plus il est fantastique de travailler avec les ecoliers. Tous se sont appliques a realiser des dessins rivalisant de couleurs et de techniques differentes. Effectivement, les Indiens possedent un sens artistique et creatif tres prononce, il n'y a qu'a regarder les differents temples ciseles aux fresques colorees pour s'en rendre compte. Deux heures durant, ils ont donc dessine dans le cadre d'un concours organise par Marie-Christine de Rochemonteix et se deroulant a Nasr School. Le resultat est formidable et les departager, une bien delicate epreuve. Nous tenons donc a remercier, ici sur cette page de reactualisation, Marie-Christine qui, par son courage, son devouement et sa passion, nous a offert un sejour inoubliable dans cette partie de l'Inde qui restera a nos yeux celle de l'enfance et de l'innocence. PS : juste un petit mot a mon oncle cheri Ghislain Fournier (a l'humour si particulier), alias Saddam Hussein, Jean-Paul II, Jacques Chirac et soit-disant directeur technique, cf le livre d'or de notre site : cette annee, tu pourras sans doute gagner le Bourges-Sancerre etant donne que je suis occupe en Inde, enfin si Gerard, Gilles, Sylvain et Pierre ne participent pas, et surtout si tu n'abandonnes pas. Cette fois... Entraine-toi fort petit scarabe. Avec force et volonte, un jour tu verras, tu y arriveras ;0) Embrasse tres fort tout le monde chez toi pour moi. A tout de suite frerot. Marc

> Voir les photos...



Retour