> Toute les étapes <
Thailande--> Matos - La Thailande, une histoire de gout

Bien loin nous sommes...

Il y a bien longtemps que les saveurs des produits du Berry ont deserte notre palais. Mais ou sont les pommes de Saint-Martin-d'Auxigny, le vin de Sancerre, Menetou-Salon, Quincy, Reuilly, Chateaumeillant, Le crottin de Chavignol, le Rians frais, le coq en barbouille, le sanciaux, le pate de Paques, les couilles d'ane, la galette aux patates, les terrines, le sandre au Sancerre... ? "Toujours en bonne place" me rassure Marc. Tant mieux, je respire.

Maintenent je suis certain de les (re)trouver, loin de moi quelques nostalgies. D'autant que depuis 6 mois (deja !), nous profitons de tout ce qui nous est offert pour gouter et deguster de nouveaux plats, de nouvelles saveurs, de nouvelles sensations. Certes nous avons ete surpris ; et plus d'une fois encore ! Mais la, jamais depuis notre depart, nos papilles n'ont ete aussi bien servies, aussi longuement et completement mises a contribution. Merci Thailande, merci pour toutes ces saveurs qui, a chaque instant, nous devoile une partie inexploree et inexploitee de nos desirs gustatifs. Au bien solennel resto (pousser la porte, s'asseoir, commander, manger), nous avons prefere le spectacle de rue et ce, depuis nos premieres excursions a Bangkok. Que ce soit sur la route ou dans une cite, il s'en presente une multitude et avec eux une multitude de repertoires gouleillants. J'ai nomme les etals de nourriture. A chaque instant, ils se proposent de nous tenter. A chaque instant, nous deployons force et volonte pour resister. Tout d'abord, ils vous attirent l'oeil. Chaque cuisinier, en general coiffe d'une toque, reemuent spatules, cuilleres, et autres passoires derriere sa petite roulotte equipee d'un wok et d'une planche a decouper. Alors vous vous approchez, curieux, et la, c'est trop tard, vous vous engouffrer dans la spirale... Ensuite, il vous regarde avec un grand sourire tout en preparant un plat succulent, semble-t-il. Mais il l'est, c'est a n'en pas douter. Il agite ses instruments ; le hachoir heurte si rapidement le plan de travail que vous ne voyez que le resultat : de fines tranchettes de poulet, porc, canard ou poisson. 1/4 de tour sur la droite, le magicien tend les bras, attrape le soja, le riz, les nouilles (larges et plates ou bien fines et etroites), le gingembre, le basilic et autres condiments. Le melange de couleurs est detonnant. D'un geste ample, leste et magnifique, une noix de beurre ainsi que quelques gouttes d'huile rencontrent le wok deja chauffe ; les oreilles prennent le relais. Ce crepitement si doux vous invite a regarder et a ecouter la suite. Les nouilles de riz prennent leur envol, atterissent dans le wok et sont sautees. La sauce de soja vient les brunir. Le premier melange y est ajoute. Le crepitement redouble et devient plus sourd. C'est presque pret. Il manque la viande, le poisson et le tofu. Ca y est. Maintenant il faut bien tourner, voila comme ca, les odeurs et les saveurs se melangent. C'est epatant. Un dernier detail tout de meme : rajouter les cacahuetes pilees et le tour est joue. La preparation est maintenant terminee. Ah si seulement c'etait pour moi... Mais c'est pour toi nigaud, rappelle-toi, tu t'es fait envoute, sot. Et bien tant mieux j'en suis ravi. Place a la degustation ! D'abord, bien regarder le plat, qui a lui tout seul est un chef d'oeuvre de presentation. Suit une bonne inspiration ou plusieurs petites pour bien hummer les senteurs puis une grande gorgee d'eau pour un palais neutre. Et maintenant, place a la premiere bouchee. Amer, sucre, sale, poivre, epice. Tout y passe ; les papilles s'affolent entrent en ebullition. La deuxieme bouchee, loin d'alterer ces sensations, les dedouble. Voyons voir la troisieme... et vous voila tombe dans le piege et le temps d'y penser votre plat est termine. Alors la j'hesite : "Un autre ? non quand-meme - Mais si, c'est pas tous les jours. - Non, mais ca va le devenir. - Profite lapin ! - Bon d'accord, mais apres j'arrete - Mais oui, mais oui..." Pour notre plus grand bonheur (mais pas celui de nos poignees d'amour), ces etals se rencontrent partout, aussi bien en pleine campagne que sur les marches de nuit en pleine ville. Entre les nouilles de riz fines sautees avec tofu, legumes, oeuf et cacahuetes ; les nouilles sautees a la sauce de soja ; le canard roti sur riz ; le curry de poulet aux pousses de bambou ; le poulet frit aux noix de Cajou (notre prefere) ou la salade de papaye verte epicee, mon coeur balance. Probeme. Une grande partie de ces plats se degustent avec des baguettes. Moi qui ne suis jamais arrive a m'en servir... "Vous me mettrez une fourchette avec, merci. Non, il n'y en a pas. Bon". Autant vous dire que nos premiers coups de baguettes ont bien provoque quelques sourires chez nos voisins de table. Mais depuis le temps, nous les maitrisons parfaitement bien. "N'est-ce pas Marc ? - Certes, certes" Et apres le sale (si l'on peut dire) je vous propose de deguster des ananas, des mangoustans, des noix de coco, des papayes, des goyave, des pomelos, des pasteques et le fabuleux durian dont Darwin a dit qu' "il meritait a lui seul de faire le tour du monde". Ca tombe bien ! Ne vous moquez pas, ce n'est pas simple. Resister nous pouvons. Trop longtemps serait une offense a la cuisine thailandaise. Alors profitons-en et bon appetit ! Matos

> Voir les photos...



Retour