> Toute les étapes <
Australie --> Face à la nature, face à nous même... (Marco)

De Brisbane a Sydney
Divers images viennent a l'esprit a l'evocation de l'Australie.
Pour certain se sera le celebre opera de Sydney, la montagne rouge d'Uluru (Ayers Rock) au milieu du desert, les Kangourous sautant en famille a travers le Bush. Pour d'autre, les vins de l' excellent vignoble de la Barossa Valley, Perth ou la metropole la plus isolee du monde, des villes en bordure d'ocean aux forets tropicales, ou les terres arides de l'outback.

Quoi qu'il en soit les 2 mois de traversee de ce pays continent constituent pour nous une formidable bouffee de nature.

Il arrive que le ciel forme un gigantesque dome d'un bleu profond la journee et la nuit, a la belle etoile nous approche assurement de l'extase.

Pourtant, malgre tous ces tresors, jamais la traversee d'un pays nous apparait si difficile, si eprouvante.
Nous sommes en plein hiver dans l'hemisphere sud et la douceur a cedee la place au froid et a la pluie. Certes, il est moins rigoureux qu'au Kurdistan ou en Iran, mais la traversee d'immenses terres arides, sans rencontrer ame qui vive, le vent dans le nez et sous les intemperies, donnent a notre chevauchee des allures de traversee du desert.

Alors nous decidons de remonter vers le nord a l'interieur des terres en franchissant le Victoria, la Nouvelle-Gales du Sud et le Queensland afin de trouver un temps plus clement.

Pour tout ceux qui ne comprennent rien a notre itineraire en Australie (et je pense qu'ils sont nombreux) cela donne : Depart Melbourne
--> Great Ocean road
--> remontee vers le nord a l'interieur des terres par les Grampians (Halls Gap)
--> traversee du Victoria par Sheparton
--> traversee de la Nouvelle-Gales du Sud jusqu'a la frontiere du Queensland (Goondiwindi) --> Brisbane
--> descente vers le sud le long du Pacifique jusqu'a Byron Bay
--> et enfin, traversee de la Nouvelle Gales du Sud jusqu'a Sydney par les Great Dividing Ranges (tres montagneux !!!)

Le tout le vent dans le nez!!!

Resultat, une semaine de soleil dans le Queensland...on ne regrette pas sa chevauchee infernale

Alors pendant un mois nous devenons des "ours", a dormir en pleine foret ou en plein bush. Nous nous organisons afin de palier au manque de ravitaillement et transportons constament des vivres pour tenir plusieurs jours.
Nous regardons toujours a 2 fois avant de planter notre tente sous les "red gums trees" car les branches immenses de ces arbres sont susceptibles de tomber sans crier gare.
Lorsque nous le pouvons nous faisons un feu le soir et le matin afin de nous rechauffer et nos ennemis les sangsus ne font pas de quartier lors de notre corvee de bois (si, si, il y en a en Australie, dans les foret humides).
Nous commencons a rouler vers 9 h30 pour nous arreter le soir vers 17h a la tombee de la nuit.
En Nouvelles-Gales du Sud, nous pedalons durant des jours, a travers les forets, noyes dans les vapeurs d'eucalyptus et guettons les kangourous au crepuscule. Nous les entendons et les voyons sauter en groupe le long de la route, plus en retrait, proteges par la dense vegetation.

Dans les no man's land de l'outback nous nous retrouvons face a la nature et face a nous meme... un regal !!!
Cest un vrai bonheur de preparer son repas et de le deguster lors de nos interminables parties de yams.
La nuit, nous ecoutons les nombreux animaux "rodant" autour de la tente.
Parfois ils nous reveillent en fouinant sous l'abside afin de recuperer pommes ou bananes.
Il doit s'agir de kangourous, de renards, de dingos, de wombas, de lezards, d'opossums ou bien encore de marsupiaux voire de T-Rex. Dans le noir, a l'ecoute des cris et des sifflements, l'imagination va bon train ;0)

Parfois, nous croisons une ferme et demandons hospitalite pour la nuit. Cela fonctionne tres bien et il n'est pas rare de se voir proposer une douche et un repas chaud en echange de recits de voyage.
Ainsi, le matin avant de repartir, nos hotes nous offrent souvent de la nourriture ou bien du materiel pour reparer nos velos durement mis a contribution.

En Nouvelle-Gales du Sud, nous restons une semaine a Nimbin dans une communaute hippie coinces par une brusque montee des eaux. Je n'ai toujours pas appris a faire du fromage de chevre, mais la fabrication de macrame n'a plus de secret pour moi ;0)

Quelques jours plus tard c'est le gros lot en appercevant une enorme Mercedes immatriculee a Dubai garee devant une belle villa. Le proprietaire des lieux nous accueille en djelaba et ne comprend pas notre demande : planter notre tente sur sa pelouse bien grasse.
Il me dit :
"- Mais pirquoi ti veux dormir dihors ???
T'i qu'a prendre les maisons avec li piscine juste ici, ispece de divahane ! - ???"
Moi, en regardant Matos avec un sourire a me decrocher la machoire : "C'est vrai ca pourquoi ?
Merci monsieur."
Ce n'est pas tous les jours que l'on est accueilli par le petit fils du roi de Dubai, venu en jet prive se reposer dans un de ses haras australiens !!!
Du coup, ce soir c'est festin pour tout le monde et douches chaudes a volonte. YEHHHHH !

Mais le lendemain nous retournons brusquement a la realite en crevant juste avant l'arrivee de la pluie (plus dure en est la chute).
Petit a petit nous nous habituons a ces intemperies, a cet inexorable vent de face nous faisant rouler a 7 km/h, aux affaires froides et humides.
S'habiller le matin, prendre son petit dejeuner, faire la vaisselle, se laver les dents et ranger ses affaires dans les sacoches le tout dans une abside de 3m carre sous une pluie battante devient alors un veritable exercice de contortionniste.
Il m'est arrive de sentir des larmes perler aux paupieres lors d'un franchissement de col, sous la pluie, fatigue et desidrate, poussant a bout de bras les 100 kg de mon velo... du vrai Zola !
Mais je ballaye tout cela de ma memoire, toutes ces souffrances toutes ces peines et tous ces efforts pour un seul de ces fameux couchers de soleil embrasant d'un rouge sang l'outback durant d'interminables minutes. C'est un spectacle dont je ne me lasserai jamais, a l'image du "Petit Prince".

Le 12 juillet, nous retrouvons la civilisation en arrivant a Sydney. Le soleil est au beau fixe et la temperature est remontee considerablement.

Nous profitons de ces quelques jours pour faire reparer nos velos (600 dollars les 4 pignons, j'ai failli exploser), reactualiser le site et participer aux festivites du 14 juillet au Consulat francais.
En fait, la "garden pary" se resume a chanter la Marseillaise sur une pelouse innondee de soleil, a ecouter les groupes de musiques et surtout a se gaver de champagne tout en respirant les enivrants parfums des convives. Ah ! Chanel, Saint-Laurent, Guerlain ; je me delecte de ces fragrances, depuis 10 mois oubliees, me rapelant avec delice a la civilisation.
Je me rends a l'evidence, les 2300 km pedales en Australie ne furent que pur bohneur. La gentillesse et l'hospitalite de ses habitants sublimant notre voyage.

J'ecris ces lignes de Nadi au Fidji ou nous sommes arrives hier. Pour vous donner un petit avant gout de Pacifique je vous resume en quelques mots nos premieres heures sur ce paradis terrestre.
Atterrissage 20h00. Le temps de recuperer nos bagages, nos velos et de remonter le tout il est 22h00.
Le temps, chaud et humide nous replonge immediatement dans nos souvenirs asiatiques. Nous entreprenons de ralier Nadi, la ville la plus proche. Il ne s'est pas ecoule 45 minutes avant qu'une voiture s'arrete et que ses occupants proposent de nous heberger. La fatigue prend le pas sur la mefiance. Nous sommes perdu en pleine campagne, sans carte et pratiquement sans lumiere : nous acceptons.
1 heure apres, laves et le ventre plein, assis dehors sur de grandes nattes en compagnie de nos hotes nous buvons dans des bols de noix de coco le"kava" boisson incontournable de bienvenue.
La comunaute ecoute nos recits de voyages, des fourmis me courent le long des jambes, rituellement nous frappons dans nos mains, les bols passent de freres en cousins et d'oncles a soeurs, les visages sont souriants... c'est fait nous faisons partie de la famille !!!
Nous sommes arrives depuis 4 h.

Australie - Fidji... sans transition, j'adore.

Le moral est au beau fixe et la forme excellente.

Tres bonnes vacances a vous toutes et tous

A tout de suite

Marc

> Voir les photos...



Retour